Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 décembre 2012

Note de lecture

Je dis rarement du bien des choses, et j'ai encore moins l'habitude d'encenser un ouvrage, mais celui-ci en vaut la peine !

J'ai rencontré Constance Larsen, l'auteure, complètement par hasard l'autre jour dans les bureaux du Dauphiné Libéré à Crest...

Dédicace Constance Larsen by YTLG.jpgUn livre à écrire Constance Larsen.jpg





... je n'étais pas venu pour elle, mais la conversation avec le journaliste que je venais voir a fait que nous nous sommes parlés !

Elle m'a emmené à La Balançoire, cette fabuleuse librairie de Crest où l'on trouve tout et les livres les plus improbable !

Elle m'a présenté son travail dans la foulée.

J'ai acheté son livre qu'elle m'a dédicacé sans me connaître, j'espère que vous le tiendrez bientôt dans vos mains.

















Il m'a transporté, il a résonné et fait résonner mon histoire !

Ces mots couchés sur le papier ont rayonné en moi comme jamais, comme rarement, pour mieux m'imprégner et me permettre de décrypter mon mal être !

Si comme moi vous êtes alcoolique, ou l'avez été...

... si vous êtes malade ou psychopathe, ce livre est fait pour vous !




Il m'a fait du bien et beaucoup de choses se sont éclairées sur ma vie... Je savais avant ce livre que je ne boirai plus, mais je sais que, comme pour Constance, la route sera longue car la vie ne nous fait pas de cadeaux !

Je sais aussi que la route sera longue, comme elle l'a été pour Constance, car la vie est ingrate !

Alors oui, Hervé M., j'ai arrêté de boire et j'aurai ta peau aux prochaines élections, seul ou accompagné...

Merci Constance pour cet éclairage humain et humaniste sur l'alcool...

Pour finir, non pas en guise d'épitaphe, mais pour que d'aucun-e-s s'en souviennent : je sais que je suis un écorché vif, je l'assume et le revendique !

C'est sans doute pour celà que je suis si à vif tout le temps, sans doute que ce n'est pas facile à vivre pour tou-te-s, je le revendique !

Trembez, Hervé, votre heure viendra et toutes les villénies que vous avez fait endurer aux Crestois-e-s, vous les paierez, parole d'alcoolique repenti !

 Yvon THOMAS LE GUILLERM

Crest - Un soir de décembre 2012 au n°8 quai Maurice Faure

Écrire un commentaire